La chirurgie esthétique est souvent perçue par les femmes comme une héroïne de bande dessinée dotée de tout un arsenal de supers pouvoirs. Pourtant cette « Wonder-woman » des temps modernes est assez difficile à joindre, dans le sens où il faut se poser la question avant de faire appel à ses services ; En Ai-je vraiment besoin ? Cette question peut sembler pensive pour la plupart, voici pourquoi nous allons décortiquer ce nuage d’incertitudes en un ensemble de question plus évidente.

 

A quel point suis-je insatisfaite de ma situation actuelle ?

Cette question, à se poser de préférence devant un grand miroir sans déformations, est naturellement la première qui vient à l’esprit lorsqu’il s’agit de modification corporelle. Afin d’y répondre de manière objective, il est indispensable de considérer toutes les solutions envisageables. Parfois l’insatisfaction vient d’une phase de crise ou de stress passagère. En d’autres termes ça pourrait passer, si ce n’est pas le cas et que vous pensez que la fin justifie les moyens, nous voila à la deuxième question.

 

De quoi ai-je besoin ?

On pourrait remplacer cette question par ; Pourquoi cette opération ? Dans un jargon d’économiste, c’est ce qu’on appelle l’identification du besoin. Le panel de procédures et d’opérations est quasiment infini. On parle chaque jour de nouvelles procédures, de quoi se perdre ! Par exemple il n’est plus indispensable de recourir à des implants mammaires pour une insatisfaction relative à la taille des seins. S’il s’agit d’une perte de volume due à l’âge, l’intervention est appelée ptôse mammaire. Si en revanche il s’agit d’un relâchement héréditaire ou lié une perte de poids, on peut alors faire appel à simple lifting des seins. La liste d’opérations continue encore et encore. Ce qu’il faut retenir est que l’augmentation n’est pas le seul choix. Une fois la question de choix réglée, vient la question de motivation.

 

Suis-je déterminé à subir une chirurgie ?

Cette question implique la gestion du temps libre à la suite de l’opération. Lorsque la patiente réalise une routine sportive de laquelle elle devra se passer pour un certain temps. Ou si le travail de cette dernière n’est pas une fonction administrative derrière un bureau, chose qui peut rallonger le temps de repos. Autre facteur duquel il faut tenir compte à l’issue d’une chirurgie, c’est les risques ; est ce que ça en vaut la peine. Toute opération présente des risques, ils nécessitent une évaluation sérieuse.